Publié dans fiche de lecture

Fdl : Le Garçon et la ville qui ne souriait plus – David Bry

Le Garçon et la ville qui ne souriait plus – David Bry

Titre : Le Garçon et la ville qui ne souriait plus.
Autrice : David Bry.
Année : 2019.
Editeur : Lynks.

Romain fuit chaque nuit sa demeure bourgeoise et confortable, pour rejoindre la Cour des Miracles où vivent les anormaux – fous, difformes, obèses, et autres parias parqués là par les Lois de l’Église. Le soir de ses quinze ans, il découvre qu’un terrible complot vise les habitants de la Cour.
Des coupe-gorges de Mouffetard aux ruines de Notre-Dame, il devra compter sur son ami Ambroise, sur Joséphine, Lion et Akou, pour lever le voile sur la conjuration et échapper aux terribles Lames Noires, à la solde de l’archevêque de Paris.
Dans un monde assombri par la peur et l’intolérance, le salut peut-il venir de quelques adolescents en quête d’amour et de liberté ?

Une réflexion sur l’adolescence et la difficulté d’être soi
Un hymne à la liberté et à la différence
Suspens et romantisme dans un Paris inspiré de celui de Notre-Dame-de-Paris.

Mon avis.
J’étais passée devant ce livre à plusieurs reprises (la couverture et le tire sont assez fascinant je trouve), et il m’a fallu une recommandation pour enfin l’acheter.
Je me suis retrouvée dans un Paris que je connais bien, pour avoir dévoré Hugo et Zola dans mes jeunes années. Bien que d’un ton et d’un style YA (ce n’est pas une critique), les influences se sentent, notamment de Hugo, avec cette cour des miracles à laquelle nous nous sommes tant identifié. Ici pas de belle fausse Espagnole, mais des grosses, des géants, des nains, des bossus, des gens hors de la norme. De ceux dont la société n’apprécie pas qu’ils se fondent en communauté mais qui les force à l’isolement, à l’altérité, à ne pas appartenir à rien, à moins de « devenir normal »
Il ne s’agit même pas d’une métaphore, parce qu’ici, cette mise à l’écart sonne tellement, tellement vrai. Et les héros et héroïnes, nous les croisons tous les jours, même dans nos miroirs.
Une très belle surprise pour ma part.
Merci.

Publié dans écriture

Les Bracelets d’Emeraude

Bonjour à tous et toutes,

Aujourd’hui, c’est la sortie des Bracelets d’Émeraude !

En voici la « fiche technique » :

Couverture

Les Bracelets d’Émeraude

de Célia Deiana

Dos Carré Collé – novembre 2019

1910.
Dans une Perse surpuissante mais minée par les attentats révolutionnaires, un groupe communiste organise le rapt d’un jeune prince étranger. Chargée de l’enlèvement, Gladys, jeune femme au pair venue d’Angleterre, fait face à des défis beaucoup plus dangereux et immoraux que ceux auxquels elle s’attendait.
Accompagnée du jeune prince, de ses protecteurs et d’un mercenaire algérien opportuniste, Gladys va traverser un pays entier et voir sa vision du monde complètement changer.

Format : 160mm x 240mm
Nombre de pages : 282
ISBN : 9791034320615
Langue : français
Genre : Romans, Science Fiction

Lien pour pouvoir acquérir ce chef d’oeuvre ❤ :
Cool Libri

Vous pouvez également toujours recevoir un exemplaire dédicacé en commentant ce post, ou sa version facebook 🙂

Les références du roman sont également sur GoodReads si vous souhaitez partager vos avancées de lecture : Ici.

Les Bracelets d'Emeraude (6)

Bien entendu vous pouvez continuer à lire gratuitement cette histoire sur Wattpad(les prochains chapitres arriveront dans la journée, la vie réelle m’empêchant de le faire tout de suite) ou sur epub (envoyé sur simple demande par commentaire ou mail)


 

Je rappelle qu’il existe maintenant une newsletter « A l’attention d’iel était une fois », bimensuelle, qui parle d’écriture, de vie, et des neuroatypies, plus particulièrement des troubles de l’attention et hyperactivité.

Publié dans écriture, général, Projet

A L’Attention de Iel était une fois – newsletter

A l'attention

La surprise du samedi, qui accompagne la sortie des nouveaux chapitres des Bracelets d’Emeraude, ne concerne pas aujourd’hui, directement, lesdits chapitres.

Plusieurs projets me trottent dans la tête depuis quelques temps, et il en est un que je souhaite réaliser aujourd’hui, grâce à vous, pour vous… et pour moi.

J’en ai déjà parlé un peu sur le blog, je vis avec un trouble de l’attention non diagnostiqué, dont je ne cherche pas à savoir s’il est de naissance ou dû au PTSD que je traîne depuis maintenant trente ans. De toute façon cette quête de l’origine n’a pas vraiment d’importance pour moi. Par contre, domestiquer ce trouble est complètement nécessaire à mon bien-être et à l’accomplissement de mes projets (de mes rêves ! Soyons un peu poétique !)

Comment se matérialise ce trouble ?

On peut résumer cela par des moments plus ou moins longs de « rien », souvent accompagnés de signes dépressifs, d’ennui et de fatigue. Ces moments sont très réguliers et j’ai appris, très récemment, à les prendre pour ce qu’ils sont (des phases qui se finissent forcément), à écouter mon corps et à ne pas culpabiliser (ce qui en conséquence diminue les passages dépressifs)

Bien entendu il y a les moments où le contraire total arrive : des temps plus ou moins longs d’hyper activité. Là aussi, il faut apprendre à les dominer et à être à l’écoute de son corps. Parce que sinon, le burnout n’est pas loin. Dans ces périodes, je cumule les projets, je me disperse, je suis enthousiaste sur tout. Malheureusement comme nous sommes dans un cycle, il arrive, la plupart du temps, que la période de « rien » arrive avant que j’ai pu finir quoique ce soit.

Ce qui m’aide, c’est de verbaliser mes projets. D’un côté je dresse mes intentions hyper actives en mettant des mots sur chaque projet : le temps ralentit, je réfléchis, je ne fonce plus tête baissée. Et d’un autre côté, après une période de « rien », j’ai tous les outils pour reprendre le projet laissé en plan quelques semaines (ou mois) plus tôt sans avoir à me replonger dans un méandre désorganisé et foutraque.

J’ai envie de partager cette verbalisation.

Ou plutôt, de vous partager les avancements de mes projets (dont certains sont encore bien secrets), à la fois pour vous offrir un aperçu de mon travail en amont du texte, et en amont des autres projets non strictement littéraires, mais aussi pour vous montrer, si vous aussi êtes sujets à des phases dépressives et/ou de burnout, que c’est possible. Que faire le mieux avec les quelques temps de motivation que l’on trouve est tout à fait gérable sans mettre son corps et sa santé mentale en danger.

J’ai donc créé une newsletter bimensuelle dont le premier envoi se fera la vendredi 1er novembre.

Vous pouvez vous inscrire ici : A l’Attention d’Iel était une fois – Newsletter

 

Et parce qu’on est samedi, les chapitres suivants des Bracelets d’Emeraude sont disponibles sur wattpad 🙂

Le cheval soulevait des mottes de terre à chaque galop. Gladys sentait sa transpiration, ses muscles prêts à céder, qui faisaient écho à ses propres douleurs. Doucement, comme elle le faisait lorsqu'elle montait en

Publié dans écriture

Les Bracelets d’Emeraude – Suite du voyage

Les Bracelets d'Emeraude (4)

Bonjour à tous et toutes en ce samedi très… automnal.

Pour vous réchauffer un peu, direction la Syrie pour les Bracelets d’Emeraude ! Les chapitres 7 à 9 sont dès à présents disponibles sur wattpad.
Ici.

Dans ces chapitres, nous nous retrouvons à Persépolis, ville magique telle qu’elle aurait pu être dans un empire hyper puissant, à l’aube d’une Guerre Mondiale qui va bien arriver, même si nous sommes dans une temporalité uchronique. Dans ce milieu capitaliste, prêt à vendre et se vendre à n’importe qui, où se retrouvent Gladys la communiste et Salam le fils de la République ?

Vous le saurez en lisant les Bracelets d’Emeraude.

Deux annonces accompagnent ces chapitres.

Tout d’abord, un service presse numérique est disponible sur simple demande.
Eh oui ! Le roman dans son intégralité, en format epub, sans DRM donc adaptable à tous les formats de liseuses.
Si vous souhaitez lire les Bracelets d’Emeraude avant tout le monde, il suffit d’avoir un blog/instagram ou un compte wattpad, et de faire un peu de publicité pour le roman (commentaire, chronique, vote, etc)
Je compte sur vous 🙂
Envoyez-moi un petit mail ou commentez sur cet article.

image1

La seconde annonce explique aussi la première, puisqu’elle en est le but ultime.
En effet, d’ici la fin de l’année, vous pourrez vous procurer la version papier des Bracelets d’Emeraude !

Je fais des tests pour l’instant pour trouver le meilleur imprimeur à la demande, ayant été assez déçue par la qualité chez Lulu.
La version papier contiendra des bonus dont je vous reparlerai au fur et à mesure.

 

En attendant je retourne au Writober (avec un peu de retard) et je prépare la reprise de #LaBombe pour le nanowrimo.

 

Publié dans écriture

Les Bracelets d’Emeraude – Roman

Les Bracelets d'Emeraude (2)1910.
Dans une Perse surpuissante mais minée par les attentats révolutionnaires, un groupe communiste organise le rapt d’un jeune prince étranger. Chargée de l’enlèvement, Gladys, jeune femme au pair venue d’Angleterre, fait face à des défis beaucoup plus dangereux et immoraux que ceux auxquels elle s’attendait.
Accompagnée du jeune prince, de ses protecteurs et d’un mercenaire algérien opportuniste, Gladys va traverser un pays entier et voir sa vision du monde complètement changer.

 


 

Voilà, le jour est arrivé.
Après des années de travail, de relecture et corrections, Les Bracelets d’Emeraude arrive devant les lecteurices.
J’avoue une petite appréhension bien entendu.
Alors je vous laisse découvrir ce texte, avec, pour ce premier jour de publication, les 4 premiers chapitres !
Il y aura par la suite un à deux chapitres tous les samedis, à le même heure.

La communication se fera par wattpad (relayé sur twitter et facebook) et par instagram (avec des remarques, anecdotes plus personnalisées, et des réponses à toutes vos questions)

Je vous souhaite à tous et toutes un très agréable lecture… 🙂

LES BRACELETS D’EMERAUDE

Publié dans fiche de lecture

FdL : Les histoires de Milad, de Salim, de tous les autres… – Silène Edgar

Pour-un-sourire-de-Milad-UNE

Titre : Pour un sourire de Milad.
Auteur : Silène Edgar.
Année : 2019.
Editeur : Scrinéo.

Thisbé est une adolescente joyeuse et bienveillante, partagée entre ses amis, ses cours et ses problèmes familiaux. Elle vit très mal le divorce de ses parents et la séparation avec sa jumelle, Juliette, qui est partie dans un autre lycée.

Elle tombe sous le charme de Milad, un réfugié syrien que sa classe vient d’accueillir. Est-elle attirée par sa différence, son intelligence, son aura d’ombre et de mystère ? Par le drame qu’il vit, séparé de sa jeune sœur après la noyade de leur mère en Méditerranée ?

Milad va se confier à elle et lui avouer son désir de réaliser sa légende familiale : s’il réussit à être heureux 21 jours d’affilée, les fantômes de ses ancêtres le récompenseront et lui permettront de retrouver sa sœur…


 

Titre : Ce caillou dans ma chaussure – L’histoire de Salim.caillou-dans-ma-chaussure
Auteur : Silène Edgar.

Année : 2019.
Editeur : Géphyre.

Salim est arrivé de Syrie tout seul. Orphelin, mineur isolé placé d’urgence, adolescent déboussolé.
Nicolas enseigne le français. Professeur, installé, pétri de bons sentiments.
Une demi-année scolaire.
Un compte à rebours particulier pour Salim.
Le récit percutant et perturbant de leur rencontre.

« Ne t’inquiète pas, c’est normal : en France, il y a eu plusieurs guerres au XXe siècle et les arrière-grands-pères sont souvent morts jeunes, on est habitué.
— Ah ! Chez nous, c’est pareil, mais avec les enfants. »


 

Mon avis.

Une histoire, une rencontre réelle, deux romans. Un « pour les ado » et un « pour les adultes ». Lisez les deux.
Suite à sa rencontre avec un mineur isolé, l’autrice a éprouvé le besoin d’écrire, de mettre en lumière ces garçons (et quelques fois ces filles) qui sont, paradoxalement, tout en ombres, en secrets, en silences. Ce n’est pas un hasard si le personnage de Milad ne se découvre qu’à partir où l’autre personnage voient ses fantômes. C’est encore moins un hasard qu’Un caillou… se base sur des cours de FLE, cette discipline qui permet à un·e primo-arrivant·e d’apprendre le français rapidement.
Qu’une petite fille s’enfonce dans le silence jusqu’au cri final.
Et qu’un cri se transforme en silence et en disparition.
C’est une histoire, ce sont des histoires de mots, d’incompréhension, d’ethnocentrisme aussi. Et la jeune ado de Milad s’en rend bien plus vite compte (trop vite peut-être, finissant par s’oublier elle-même) que le professeur très bobo du Caillou… Ce dernier étant également une cruelle mais bienvenue description de nos racismes quotidiens, ceux des gens biens. des intellos. Des gauchistes. Nous.
Silène Edgar tend un miroir et nous ne sommes pas beaux à regarder.
Mais il reste le sourire de Milad, et cela rassure un peu.

Publié dans fiche de lecture

FdL : Jolis Jolis Monstres – Julien Dufresne-Lamy

9782714479853-475x500-1

Titre : Jolis Jolis Monstres.
Auteur : Julien Dufresne-Lamy.
Année : 2019.
Editeur : Belfond.

Au début des années sida, James est l’une des plus belles drag-queens de New York. La légende des bals, la reine des cabarets, l’amie fidèle des club kids et des stars underground. Quand trente ans plus tard il devient le mentor de Victor, un jeune père de famille à l’humour corrosif, James comprend que le monde et les mentalités ont changé. Sur trois décennies, Jolis jolis monstres aborde avec finesse et fantaisie la culture drag, le voguing et la scène ballroom dans un grand théâtre du genre et de l’identité.
Au cœur d’une Amérique toujours plus fermée et idéologique, ce roman tendre mais bruyant est une ode à la beauté, à la fête et à la différence. Une prise de parole essentielle.

Mon avis

Alors, difficile de se prononcer sur ce roman, dévoré en quelques jours à peine malgré le nombre de pages (384, un livre bien épais par rapport à mes lectures habituelles)
Tout d’abord, impossible de ne pas être pris par la beauté de l’écriture de l’auteur. Ça glisse, mais ça scintille, ça virevolte d’une année à l’autre, d’une perruque à un tube de rouge, ça parle de fêtes et d’amitiés, puis de violences, de sida et de perte. L’écriture est sublime.
Julien Dufresne-Lamy est également arrivé à créer des personnages plus vrais que natures, et qui côtoient des figures historiques sans faire « faux » : entre Lady Prudence meilleure amie d’Angie XTravaganza et Victor/Mia participante du RuPaulDragRace, on aurait pu faire toque. Et avouez que pour une histoire de drag, ça aurait été ironique mais malheureux. Non les personnages sont sensibles, jamais caricaturaux malgré leurs caricatures, et c’est un soulagement.
L’auteur nous fait défiler plus d’un demi-siècle d’histoire drag, d’histoire queer, à New-York, avec ses artistes connus et celles qui mériteraient de l’être. Et c’est peut-être là que le bas blesse : on a l’impression de temps en temps d’une leçon, et d’un listing de noms, alignés comme des perles sur un collier en plastique. L’équilibre est constant et le déséquilibre imminent.
A vous de voir si l’auteur se redresse in extremis ou si, pour vous, il tombe.
Quant à moi, me plonger dans cette histoire qui est, un peu aussi, malgré tout, mon histoire aussi, a été d’une douceur et d’une joie infinie.

Publié dans écriture, Projet

Writober et l’attente de l’automne

Bonjour à tous et toutes !

Ah, le mois de septembre, cette période un peu floue où le temps n’est ni vraiment beau ni vraiment mauvais, où l’on se trouve soudain du temps pour lire alors que l’été a été petit de ce côté-là, où les nouveaux carnets s’accumulent comme autant de nouveaux projets… mais où le cœur reste encore un peu en vacances.

Pour se remettre d’aplomb, je vous propose un aperçu du mois… d’octobre !

Et oui, parce qu’ici, en octobre, ça va déménager ! Et sur mon compte wattpad encore plus 😉

Tout d’abord, je vous propose un petit jeu copié sur nos ami·es artistes, la version micronouvelles du Inktober. Pendant le Writober, je vous proposerai une micro-nouvelle/nouvelle par jour, sur un thème précis. Le hashtag #writober sera utilisé sur twitter et wattpad.
Je me pose bien entendu également un thème supplémentaire, celui des freaks et des à côté, avec beaucoup de sujets queer, mais peut-être pas que 😉
Vous pouvez également participer, sur quelques jours ou sur tout le mois : je me ferai un plaisir de lire vos pépites et de les lister ici, une fois le mois fini !

Writober 2019


 

Toujours au mois d’octobre, à partir du 5 octobre précisément, et tous les samedis, je vous proposerai un chapitre de roman, à déguster avec un thé à la menthe et des pâtisseries sucrées pendant tout l’automne.
Je n’en dis pas plus, mais surveillez les mentions de wattpad et de mon compte Instagram.


 

En attendant, je reprends mes lectures, j’ai quelques chroniques queer à vous faire, tout en continuant mes heures de coaching avec Cécile Duquenne, pour un autre roman qui verra le jour d’ici 2020.
Et un nouveau texte (une nouvelle édition plutôt) sur wattpad, arrivera la semaine prochaine.

Une rentrée chargée vous avez dit ?

Si peu, si peu…

Publié dans écriture

Des textes, Etc.

Des textes etc.

Bonjour à tous et toutes,

En cette veille de rentrée, et parce que je crois avoir quelques nouveaux et nouvelles abonné·es, j’ai décidé de faire cet article somme sur tous mes écrits disponibles, payants et gratuits.

Mon unique roman (pour l’instant), en auto-édition :

Gretel.
Nous connaissons toutes et tous le personnage du conte, la petite fille qui sauve son frère d’une fin cannibale (où il servirait de menu principal) en poussant la méchante sorcière dans le four. Nous nous souvenons surtout de la maison en pains d’épice, rêve pour beaucoup de petits gourmands, si seulement la sorcière n’existait pas !
Mais voilà, les contes peuvent être un peu partiaux. Le destin des jeunes filles qui sortent du droit chemin doit-il être si douloureux ? Celles qui se laissent faire doivent-elles forcément finir avec un prince et avoir tant et tant d’enfants ? Et surtout, les sorcières sont-elles vraiment si horribles ? Plus horribles même que les belles-mères ?
Et si les contes n’étaient écrits que par des hommes pour faire peur aux gens et pour prévenir les filles, pour leur faire peur et les menacer ? #Queer

Gretel est disponible sur smashwords, lulu et amazon.

Les anthologies auxquelles j’ai participées :

Tatouage – Un Point dans un Motif.
Dans ce monde alternatif les âmes soeurs portent le même tatouage. #Queer

Site de MxM Bookmarks.

Nutty Bite – Je suis morte.
Les créatures du jour ou de la nuit, dotées de crocs, donnent souvent naissance à des amours interdits, impossibles, improbables même. Sept auteurs à l’imagination débordante nous racontent dans cette anthologie certaines de ces histoires. Une chose est certaine : leurs aventures n’ont pas fini de vous surprendre !

Site de Nutty Sheep.

 

Et les nouvelles et textes courts en lecture libre sur wattpad :

Nocturne.
Fritz est mort à Vienne, il y a des années. Le jour de ses 150 ans, il revient sur sa vie depuis cet événement : vampires, amours et solitude d’un immortel au visage d’enfant. Paru dans le Calepin Jaune #2, en 2004. #Queer

Conte de Noël.
Marcel a son restaurant, ses voisins qu’il invite le 24 décembre, son bonheur, sa générosité, et une façon bien à lui de sauver le Noël d’un gamin. #Queer

Notification.
Laura aime sa solitude. Mais elle fait une rencontre qui va, peut-être, bouleverser sa vie… ou pas. #Queer

Sur le chemin de la maison.
Gregory rentre chez lui pour Noël, partagé entre la joie de revoir sa famille et le secret qui pèse en lui. Une panne électrique et une rencontre vont changer sa vie. #Queer

Issue de Secours.
Deux solitudes. La cage d’escalier d’un lycée que personne n’emprunte jamais. L’histoire d’une amitié, puis un peu plus. #freedomtokiss #Queer

Le Réveil du Dragon.
Micro-nouvelle avec un peu de magie, un soldat trop cartésien et une petite princesse.

Le Bal des Méduses.
Il voguait dans des espaces sans fin, essayant de ne pas se faire toucher par ces étranges êtres. Paru originellement dans l’anthologie « Destination Univers » Ed. Griffe d’Encre. 2012. Anthologie Destination Univers…

Les Reines de l’évasion.
Elles sont nées liées par la hanche, ont vécu les joies et les détresses du cirque et du cinéma, et aujourd’hui, elles ont besoin d’aide pour pouvoir quitter ce monde avec le moins de souffrances possibles.

Le Garçon aux Chrysanthèmes.
Les cimetières parisiens ont des secrets, mais pour quoi Arnold se sent-il si attiré par eux ? #Queer

Wolverine.
Octave préfère Wolverine à Jean Grey, mais on lui a apprit qu’un garçon devrait se battre plutôt que pleurer. Alors il frappe. #Queer

La Dent percée.
Dans un monde obnubilé par le sport, la violence et l’argent, jusqu’où aller pour rendre les combats de plus en plus spectaculaires ?

Comme une bulle de savon.
Marine et l’eau, c’est toute une histoire…

Les Crapauds Crabeaux.
Des enfants qui vivent sur une montagne d’ordures, séparés entre caste des rêveurs et caste des chasseurs, avec un seul ennemi : le monde des adultes.

Bonnes lectures 🙂