Publié dans fiche de lecture

SP – Musique – Collectif

Couverture de l’anthologie Musique – Illustration de Aki

Titre : Musique
Date de sortie : été 2021
Editeur : YBY

Résumé
Installez-vous, la représentation va commencer ! Les neuf compositeur‧rice‧s que vous venez écouter vous proposent chacun‧e leur courant artistique : au programme, des mélodies qui se teintent d’angoisse, de drame et d’humour. Sur une sérénade ou un air de pop rock, accompagnez nos héros·ïnes dans leurs quêtes fantastiques ! Déjà, les lumières s’éteignent et les premières notes s’élèvent. Prêt·e·s pour un voyage acoustique hors du commun ?

Sommaire
Neuf heures de l’après-midi – écrit par Ana Zaharova et illustré par Lilliam Thomdet
Du ventre au poumon – écrit par Naël Legrand et illustré par Feilyn
Les Orfèvres des sons – écrit par Thomas Di Franco et illustré par Lemonjuiceday
La Musique des sphères – écrit par Ysael et illustré par Chimikii
Le Duc de la Papatte Pelucheuse – écrit par Anne-Laure Guillaumat et illustré par DICEShimi
Dô-Kamissa – écrit par Tino H. Charroux et illustré par Ash-Coloured
Vivre sans moi – écrit par Karine Rennberg et illustré par Caal
Gravité zéro – écrit par Lux et illustré par Lilblueorchid
L’Astre de la cité en larmes – écrit par Weggen et illustré par Mathilde Périé

Mon avis
J’ai reçu l’anthologie Musique, à paraître cet été, grâce aux éditions YBY. J’avais déjà lu quelques novellas de cette maison dans le cadre de FantastiQueer, et je suis leurs publications (et leurs appels à texte) avec beaucoup d’intérêt. La seule consigne pour ce service presse était de lire les textes puis d’en faire ce que je voulais, c’est à dire que je n’étais pas obligée d’en faire une chronique ou même d’en dire du bien ^^
Le recueil contient deux nouvelles de littérature générale, et sept textes touchant aux genres de l’imaginaire. On y retrouve des représentations queer extrêmement variées : personnages gays, lesbiens, pan, en situation de handicap, asexuel, trans, non-binaire, racisés, etc. C’est littéralement un concentré de tout ce que je souhaite lire et de tout ce que je lis depuis maintenant quelques années. Et quel plaisir !
Mais allons au-delà pour nous intéresser aux textes. Deux m’ont laissé assez indifférent, sans que je boude mon plaisir à les lire.
Pour certains, comme Les Orfèvres des sons, très joli conte de Thomas Di Franco, ou le sublime Dô-Kamissa, de Tino H. Charroux, j’aurai aimé un roman, un développement profond, plein de douceur et de cruauté pour le premier, empli de révolte et de justice uchronique pour l’autre.
Mais j’avoue que mon cœur de cinéphile a eu un énorme coup de cœur pour la nouvelle de Weggen, L’Astre de la cité en larmes, qui clôt cette anthologie de très, très haute tenue ; quelque part entre Dark City et les films noirs des années quarante, quand deux âmes aussi dissemblables que possible unissent leurs solitudes. Une magnifique réussite.

Si cette anthologie vous intéresse, et j’espère vraiment vous avoir donner goût à y aller, elle fait partie des préventes d’été de YBY sur ulule !!!!

Publié dans écriture

Writober + Teaser

Copie de Writober 2019Bonjour à tous et toutes !

C’est à sept heures ce matin que le Writober a commencé pour moi. Petit-déjeuner englouti, il me restait une demie heure avant de partir travailler. Soit 20 minutes d’écriture sans relecture, sans correction.
Afin de ne pas me laisser engloutir par la procrastination, ce sera la même chose pour toutes les micro-nouvelles de ce mois d’octobre, jusqu’au 31. 20 minutes, montre en main, le matin, quand l’esprit est encore vierge de toute pensée et plus ou moins reposé.

Vous pouvez retrouver tous mes textes, tous les matins, sur mon compte wattpad. Et le soir ici :

Je vous rappelle les thèmes, traduits de l’Inktober officiel 2019 :

Writober 2019

Participe également à ce #Writober2019 :
Alba sur son blog Sur les frontières.
Edouard de Wilmer sur son blog Des annotations dans la marge.


 

RING

Pendant les vacances, tu aides ta mère dans ses ménages. Cela te fait un peu d’argent de poche, et elle rentre moins fatiguée le soir.

Ta mission préférée, c’est une salle de sport dans une autre banlieue que la tienne. Pour y aller, il y a plus d’une heure de bus. Ta mère fait le voyage tous les jours. Depuis que sa boîte l’envoie là-bas, elle n’a plus le temps de manger avec vous le soir. Alors au bout de trois jours, quand elle voit que tu fais bien ton travail, tu lui proposes de venir seul. Elle te fait confiance ; par rapport à ton frère, elle n’a jamais eu à se faire de souci pour toi.

Alors tu es là, dans cette salle de sport, à passer la serpillière, à jeter les serviettes oubliées dans un grand sac qui partira en blanchisserie le lendemain matin. Tu es là et tu t’imagines les hommes qui s’entraînent, qui soulèvent des poids, qui sautent à la corde. Leur transpiration suinte des murs, des odeurs âcres, pas très agréables, mais dont la climatisation n’arrivera jamais à se débarrasser.

Tu les imagines en sifflotant, à essayer de mettre un peu de musique dans ton travail. Tu ne mets pas de casque, même si ta mère n’est pas là pour te surveiller. On ne sait jamais. S’il y avait quelqu’un ici, tu ne l’entendrais pas.

Au bout d’une semaine tu prends un peu confiance et tu t’approches.

C’est une salle de boxe et il y a un ring au milieu.

Tu poses la serpillière contre ton chariot et tu grimpes.

Sur un ring, on se sent à la fois minuscule et un géant. C’est ce que tu es maintenant : minuscule, apeuré, seul, mais géant. Ici il n’y a personne pour te regarder et tu peux être toi. Tu peux être l’homme qui se présente devant toi, poing levé, torse nu, avec un short qui brille et les mâchoires carrées. Des abdos qui luisent, des gants un peu usés. Il te regarde ce mec. Il est toi.

Il est toi sans tes seins, sans tes cheveux longs et sans ton « elle » écrit partout sur tes bulletins scolaires, tes papiers, partout, partout, partout jusqu’au rose des draps de ton lit, les paillettes de la boîte de maquillage que tu gardes quand même, pour faire plaisir à maman.

Il est toi et il te regarde, poings levés. Alors tu lèves les tiens.

Le fantôme disparaît mais tu es là, tu restes, à te balancer, à refaire les scènes de Rocky, à être toi.

Tu repars, tu as encore une semaine de travail. Seul. Loin de chez toi. Presque heureux.


 

Voilà, prochain texte demain !

Et en attendant, un tout petit petit teasing sur la parution de samedi prochain…

TEaser

Mais qu’est-ce que c’est donc ?

Réponse sur ce blog et sur Wattpad samedi 😉

Bonne soirée à tous et toutes et à demain pour un nouveau texte.

Publié dans écriture

J’ai 10 ans !

Verre BriséBonjour à tous et à toutes !

Et oui, le temps passe bien vite (ou bien lentement selon l’humeur et le point de vue)
J’avais prévu pour aujourd’hui un article revenant sur la sortie de ma première nouvelle aux éditions Hydromel, en 2009, soit il y a dix ans de cela.
Reprendre les articles parus, parler de ce sentiment étrange quand des gens que vous ne connaissez pas (encore) vous aiment à travers un texte.
Et puis aujourd’hui, aussi, je suis allée à Nancy, au Livre sur la Place. J’ai discuté longtemps, autour d’un repas délicieux, avec une amie de cœur, sur l’écriture, l’édition, la famille, le temps. Je me suis dit, finalement, est-il bien utile de ressasser le passé ? Alors qu’il y a tant et tant de choses à préparer pour l’avenir ? D’autant que ce texte, cet enfant de 10 ans, parle bien de cela : du passé, du présent et du futur.
Je vous le laisse donc sans fioriture, sans commentaire de plus, et vous souhaite, à tous et à toutes, une très agréable lecture :

Verre Brisé, Célia Deiana

 

Publié dans écriture, Projet

Writober et l’attente de l’automne

Bonjour à tous et toutes !

Ah, le mois de septembre, cette période un peu floue où le temps n’est ni vraiment beau ni vraiment mauvais, où l’on se trouve soudain du temps pour lire alors que l’été a été petit de ce côté-là, où les nouveaux carnets s’accumulent comme autant de nouveaux projets… mais où le cœur reste encore un peu en vacances.

Pour se remettre d’aplomb, je vous propose un aperçu du mois… d’octobre !

Et oui, parce qu’ici, en octobre, ça va déménager ! Et sur mon compte wattpad encore plus 😉

Tout d’abord, je vous propose un petit jeu copié sur nos ami·es artistes, la version micronouvelles du Inktober. Pendant le Writober, je vous proposerai une micro-nouvelle/nouvelle par jour, sur un thème précis. Le hashtag #writober sera utilisé sur twitter et wattpad.
Je me pose bien entendu également un thème supplémentaire, celui des freaks et des à côté, avec beaucoup de sujets queer, mais peut-être pas que 😉
Vous pouvez également participer, sur quelques jours ou sur tout le mois : je me ferai un plaisir de lire vos pépites et de les lister ici, une fois le mois fini !

Writober 2019


 

Toujours au mois d’octobre, à partir du 5 octobre précisément, et tous les samedis, je vous proposerai un chapitre de roman, à déguster avec un thé à la menthe et des pâtisseries sucrées pendant tout l’automne.
Je n’en dis pas plus, mais surveillez les mentions de wattpad et de mon compte Instagram.


 

En attendant, je reprends mes lectures, j’ai quelques chroniques queer à vous faire, tout en continuant mes heures de coaching avec Cécile Duquenne, pour un autre roman qui verra le jour d’ici 2020.
Et un nouveau texte (une nouvelle édition plutôt) sur wattpad, arrivera la semaine prochaine.

Une rentrée chargée vous avez dit ?

Si peu, si peu…

Publié dans écriture

Des textes, Etc.

Des textes etc.

Bonjour à tous et toutes,

En cette veille de rentrée, et parce que je crois avoir quelques nouveaux et nouvelles abonné·es, j’ai décidé de faire cet article somme sur tous mes écrits disponibles, payants et gratuits.

Mon unique roman (pour l’instant), en auto-édition :

Gretel.
Nous connaissons toutes et tous le personnage du conte, la petite fille qui sauve son frère d’une fin cannibale (où il servirait de menu principal) en poussant la méchante sorcière dans le four. Nous nous souvenons surtout de la maison en pains d’épice, rêve pour beaucoup de petits gourmands, si seulement la sorcière n’existait pas !
Mais voilà, les contes peuvent être un peu partiaux. Le destin des jeunes filles qui sortent du droit chemin doit-il être si douloureux ? Celles qui se laissent faire doivent-elles forcément finir avec un prince et avoir tant et tant d’enfants ? Et surtout, les sorcières sont-elles vraiment si horribles ? Plus horribles même que les belles-mères ?
Et si les contes n’étaient écrits que par des hommes pour faire peur aux gens et pour prévenir les filles, pour leur faire peur et les menacer ? #Queer

Gretel est disponible sur smashwords, lulu et amazon.

Les anthologies auxquelles j’ai participées :

Tatouage – Un Point dans un Motif.
Dans ce monde alternatif les âmes soeurs portent le même tatouage. #Queer

Site de MxM Bookmarks.

Nutty Bite – Je suis morte.
Les créatures du jour ou de la nuit, dotées de crocs, donnent souvent naissance à des amours interdits, impossibles, improbables même. Sept auteurs à l’imagination débordante nous racontent dans cette anthologie certaines de ces histoires. Une chose est certaine : leurs aventures n’ont pas fini de vous surprendre !

Site de Nutty Sheep.

 

Et les nouvelles et textes courts en lecture libre sur wattpad :

Nocturne.
Fritz est mort à Vienne, il y a des années. Le jour de ses 150 ans, il revient sur sa vie depuis cet événement : vampires, amours et solitude d’un immortel au visage d’enfant. Paru dans le Calepin Jaune #2, en 2004. #Queer

Conte de Noël.
Marcel a son restaurant, ses voisins qu’il invite le 24 décembre, son bonheur, sa générosité, et une façon bien à lui de sauver le Noël d’un gamin. #Queer

Notification.
Laura aime sa solitude. Mais elle fait une rencontre qui va, peut-être, bouleverser sa vie… ou pas. #Queer

Sur le chemin de la maison.
Gregory rentre chez lui pour Noël, partagé entre la joie de revoir sa famille et le secret qui pèse en lui. Une panne électrique et une rencontre vont changer sa vie. #Queer

Issue de Secours.
Deux solitudes. La cage d’escalier d’un lycée que personne n’emprunte jamais. L’histoire d’une amitié, puis un peu plus. #freedomtokiss #Queer

Le Réveil du Dragon.
Micro-nouvelle avec un peu de magie, un soldat trop cartésien et une petite princesse.

Le Bal des Méduses.
Il voguait dans des espaces sans fin, essayant de ne pas se faire toucher par ces étranges êtres. Paru originellement dans l’anthologie « Destination Univers » Ed. Griffe d’Encre. 2012. Anthologie Destination Univers…

Les Reines de l’évasion.
Elles sont nées liées par la hanche, ont vécu les joies et les détresses du cirque et du cinéma, et aujourd’hui, elles ont besoin d’aide pour pouvoir quitter ce monde avec le moins de souffrances possibles.

Le Garçon aux Chrysanthèmes.
Les cimetières parisiens ont des secrets, mais pour quoi Arnold se sent-il si attiré par eux ? #Queer

Wolverine.
Octave préfère Wolverine à Jean Grey, mais on lui a apprit qu’un garçon devrait se battre plutôt que pleurer. Alors il frappe. #Queer

La Dent percée.
Dans un monde obnubilé par le sport, la violence et l’argent, jusqu’où aller pour rendre les combats de plus en plus spectaculaires ?

Comme une bulle de savon.
Marine et l’eau, c’est toute une histoire…

Les Crapauds Crabeaux.
Des enfants qui vivent sur une montagne d’ordures, séparés entre caste des rêveurs et caste des chasseurs, avec un seul ennemi : le monde des adultes.

Bonnes lectures 🙂

 

Publié dans écriture, Projet

Projet : Les Monstres Rêvent Aussi

Essai Couvertures MonstresBonjour à tous et à toutes,

Mise à jour sur mon projet de recueil de nouvelles ce soir avec la couverture (à droite) et le dévoilement du sommaire (- 1 nouvelle, mais j’en reparle à la fin de l’article)

Comme je le rappelle, ce recueil comprendra trois nouvelles déjà publies dans diverses anthologies : Verre Brisé, Les Reines de l’évasion et Le Bal des méduses.

À ces textes que vous pourrez découvrir ou redécouvrir, s’ajoutent quatre textes inédits : Le Chien du voisin, La Petite fille et la mer, Hurlements et…

Mais commençons par une mise en bouche :

Verre Brisé nous porte dans un monde plus ou moins post-apocalyptique. Miroir, une petite fille, a vu nombre de ses camarades tomber avant d’être emmenés, malades, vers un autre lieu. Le jour où elle-même tombe, son père va tout faire pour la sauver.

Les Reines de l’évasion ou la mort du grand Houdini. Au moment de rendre son dernier souffle, le grand prestidigitateur fait une drôle de rencontre: des jumelles siamoises qu’il a rencontré des années plus tôt, et qui lui demandent un dernier service avant de mourir.
Le texte peut être lu sur Wattpad.

Le Bal des Méduses :  Manou est passager clandestin dans un vaisseau spatial. Seul survivant d’une attaque extra-terrestre, il n’a qu’une solution pour survivre : apprendre à danser avec les méduses.
Le texte peut être lu sur Wattpad.

Le Chien du voisin : elle ne parle pas pour pouvoir garder son terrible secret. elle voudrait devenir un fantôme. Mais en observant le chien du voisin qui vient d’emménager à côté de chez elle, elle trouve une bien meilleure idée.

La Petite Fille et la Mer ou l’histoire d’une petite fille prête à retrouver ses origines monstrueuses pou sauver sa famille d’une terrible tempête e mer.

Hurlements : Mohamed aide son meilleur ami à s’échapper de chez lui et exaucer son souhait le plus grand : voir la forêt sous la neige. Sauf que si le garçon était enfermé chez lui, ce n’était pas pour le protéger de l’extérieur, mais le contraire. Qui est vraiment cet ami que Mohamed aime tant ?

Et pour la nouvelle mystère… À vous de jouer !

En commentaire, ici, ou sur les réseaux sociaux, donnez moi deux mots, seulement deux, sur lesquels je construirai une histoire.
Je dédicacerai le texte à la personne qui m’aura offert la combinaison la plus inspirante !

À très bientôt et passez de bonnes lectures !

Sortie prévue : cet été.
Le format epub sera disponible gratuitement, avec un petit lien vers mon paypal.
Le format papier avec la jolie couverture et un bonus, sera payant.

Publié dans écriture

Les Monstres Rêvent Aussi : Le Bal des Méduses

111689296-176-k662467

Premier texte du sommaire du recueil Les Monstres Rêvent Aussi, le Bal des Méduses !

Ce texte de science-fiction est né d’une collaboration entre les anthologistes et le forum Cocyclics dont j’étais à ce moment-là membre. Sur le thème du space-opera, chaque membre qui le voulait présentait un texte, comme pour un appel à texte normal.
À la fin, sur les huit auteurices présents au sommaire, quatre étaient issus du forum, dont moi 🙂

L’anthologie est sortie pour le Salon de Montreuil 2012, aux éditions Griffe d’Encre. Elle a été dirigée par Jeanne A. Debats et Jean-Claude Dunyach.
La fiche complète de l’anthologie se trouve ici.

Les retours sur le Bal des Méduses ont été très enthousiastes (et ce n’est pas de la fausse modestie).

Le pitch est très simple : « Il voguait dans des espaces sans fin, essayant de ne pas se faire toucher par ces étranges êtres. »

Aujourd’hui la maison d’édition a malheureusement du fermer ses portes.
La nouvelle se retrouvant libre, j’ai choisi de la mettre en lecture libre sur mon compte Wattpad, et de lui offrir une seconde vie de papier (et epub) avec Les Monstres Rêvent Aussi.

Lire sur wattpad : ici.

Couverture originale

griffedencre31-2012

 

 

Publié dans écriture

Les Monstres Rêvent Aussi

Qu’est-ce qui distingue l’enfant de l’adulte ? couverture blog recueilConnaissez-vous la différence entre quelqu’un dans la norme et quelqu’un qui n’y est pas vraiment ?
Les monstres sont-ils si distincts de nous ?

Dans Les Monstres Rêvent Aussi, je présenterai sept nouvelles de mon cru, dont trois ont déjà pu paraître dans des anthologies diverses.
Chacune de ces nouvelles est ou sera déjà lisible sur mon compte Wattpad.
Le recueil sortira, complet, en version numérique à prix libre, et en version papier payante.

Vous pourrez trouver tous les détails sur la page du site : ici.

Pour les mises à jour, une page facebook a été créée, n’hésitez pas à la visiter et à la suivre : ici.

Pendant le mois de janvier, je vous présenterai les nouvelles déjà publiées, puis, une fois par mois (février, mars, avril et mai), les nouvelles inédites.

Le recueil sortira juste avant ou juste après mon voyage à New-York en juin/juillet.

A très bientôt ! 🙂