FdL : Homo, Question sociale et question sexuelle de 1864 à nos jours – Gilles Dauvé

9791096195077-475x500-1

Titre : Homo – Question sociale et question sexuelle de 1864 à nos jours.
Auteur : Gilles Dauvé.
Editeur : Niet!Editions
Année : 2018

L’époque contemporaine n’a pas seulement inventé le mot « homosexualité » : elle a aussi créé l’homosexuel comme catégorie médicale, juridique, sociologique et militante. Une orientation longtemps réprimée ou passée sous silence a émergé publiquement en étant théorisée et politisée. Au début du XXIe siècle, les multiples possibilités qui composent le champ de la sexualité passent pour constitutives d’autant d’identités et deviennent un enjeu de société qui mobilise les gouvernements, les opinions et parfois les foules.
De Berlin à New York en passant par Londres, des usines sidérurgiques de l’Indiana aux amphis des Beaux-Arts occupés par le FHAR, des écrits de Patricia Highsmith à ceux de Mario Mieli, ce livre explore le cheminement de la « question homosexuelle » et sa relation avec l’extension des rapports capitalistes. Avec un horizon : la possibilité d’un monde futur où aucune identité particulière (« hétéro », « homo », « bi »…) ne serait définie par les pratiques sexuelles humaines.

 

Mon avis

Essai recommandé par mon libraire préféré, je l’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Il est rare d’avoir entre les mains un livre qui ne soit ni un objet bling bling sur l’histoire queer, ni un texte abscons et difficilement compréhensible sans un bon café (looking at you Sam Bourcier et Judith Butler, sorry)
L’intérêt du livre de Gilles Dauvé, outre de couvrir toute la période contemporaine (de la révolution industrielle à aujourd’hui), est de faire parler les concernés sur leur propre histoire. L’Histoire est trop souvent écrite par les gagnants (les oppresseurs, la majorité) et il est intéressant de la remettre entre les mains d’une minorité.
Le style est clair, savant, sans noyer lea lecteurice sous des tonnes de références.
J’ai cependant constaté un texte moins convaincant quand il se penche vers les lesbiennes. L’Histoire décrite reste complètement dans le monde occidental dominant (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie et bien entendu Etats-Unis) La question du féminisme y est abordée (mais on aurait tant envie d’une étude plus poussée), la question raciale survolée, transgenre laissée de côté.
C’est sans doute un choix réfléchi, mais c’est un peu dommage.
Ce que j’ai vraiment apprécié par contre c’est la revendication totale d’un essai politique : la question de l’homosexualité est systématiquement mise en parallèle historique avec les contextes de combats sociaux. Dans une période où l’extrême droite aimerait bien récupérer à la fois la question ouvrière (on rit) et la question de l’homophobie « raciale », ça fait toujours du bien.

Livre lu dans le cadre du #RainbowChallenge 2019.

Livres lus :
– Mon frère féminin, Marina Tsvetaeva.
– Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard.
– Terre de Brume, Cindy Van Wilder.
– Moi ce que j’aime, c’est les monstres, Emil Ferris.
– Éclat(s) d’âme, tome 1-4, Yuhki Kamatani.
– Celle que je suis, tome 1, Bingo Morihashi et Suwaru Koko.
– Aromantic (Love Story), tome 1-4, Haruka Ono.
– Homo – Question sociale et question sexuelle de 1864 à nos jours, Gilles Dauvé.
– Au delà des apparences, Anna Martin.
Le Voyage de June, Sophie Kovess-Burn et Sandrine Revel.

Livres en cours :
– Notre Désir, Carolin Emcke.
La Chambre de Giovanni, James Baldwin.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s